Boucherie

1. Une équipe de professionnels

Pour vous proposer quotidiennement, une offre complète et diversifiée, des professionnels travaillent dans tous les rayons boucherie d’Auchan.

En magasin

Des équipes de trois à vingt personnes préparent la viande dans l’atelier de découpe du magasin, puis l’emballent en barquettes, pour la présenter dans les linéaires de coupe en libre-service. Mais Auchan propose aussi ces produits, dans ses rayons boucherie et boucherie traditionnelle.

Une équipe de professionnels

A la une

L’enseigne développe des boucheries traditionnelles dans ses magasins avec un stand et un boucher. A la différence des rayons classiques, les bouchers sont en contact direct avec le client et peuvent donc apporter les meilleurs conseils à chacun. A l’heure du doute et des crises, Auchan renoue avec la tradition pour mieux conseiller les consommateurs.

Les bons plans

Tout au long de l’année, le rayon boucherie vous offre des « journées extra- ordinaires », durant lesquelles les animations s’enchaînent pour toujours plus de convivialité et de plaisir. Notez-les sur vos tablettes !

Février : Foire au cochon
Mars : Top chef pour découvrir les pièces du boucher
Aout : Gros conditionnements
Octobre : Fête des Artisans, pour découvrir des races d’exception
Novembre : 25 jours Auchan
Décembre : Gastronomie

2. Des produits sélectionnés avec soin

La viande contribue à l’équilibre alimentaire. Généralement accompagnée de légumes et de féculents, elle participe à la structuration de vos repas

Côté nutrition

Le PNNS (Programme National Nutrition Santé), recommande de consommer de la viande, du poisson ou des œufs, une à deux fois par jour et en alternance. C’est pourquoi Auchan sélectionne ce produit avec la plus grande attention et garantit une origine France sur la majorité de la viande proposée.

Le cheptel bovin

Le secteur est dominé par le bœuf : la France possède le cheptel bovin le plus important d’Europe. Il s’organise autour de deux troupeaux : les races laitières et les races à viande (allaitantes car les femelles allaitent leurs petits). On en compte vingt-cinq en France qui répondent aux doux noms de Charolaise, Blonde d'Aquitaine, Rouge des Prés, Normande, Limousine, Gasconne, Aubrac et autres Salers.

Des produits sélectionnés avec soin

Chez Auchan

La sélection Auchan est issue du cheptel laitier. La gamme terroir est élaborée avec les races à viande. Selon les régions, les magasins mettent en avant les races locales. C’est pourquoi, il n’est pas rare de trouver de la Maine Anjou, de la Charolaise, de l’Aubrac, de la Salers, ainsi que des petites races comme la Parthenaise ou encore du taureau de Camargue dans les magasins.

Sigles de qualité

Certaines marques collectives garantissent au consommateur origine et mode d’alimentation, d’abattage et de commercialisation. Le label « viande bovine Française » garantit l’origine des animaux, suivis de leur naissance à la commercialisation. Il existe une quinzaine de label rouge pour le bœuf. Les critères d’attribution reposent sur des sélections de races réputées à viande et sur leur mode d’élevage traditionnel. Cela ne représente qu’une toute petite partie de la production, mais vous pouvez en trouver dans certains magasins, comme le veau d’Aveyron et du Ségala ou encore l’agneau Fermier du Pays d’Oc

3. A vous de jouer !

Pour être sûr de la qualité de la viande, il faut évidemment veiller au lieu d’achat, mais aussi bien la choisir et bien la conserver afin de pouvoir la déguster au mieux.

Bien choisir la viande

Dans les linaires, elle apparaît sous forme de morceaux déjà pesés, étiquetés et emballés. Vérifiez les dates limites de consommation sur l’étiquette.
Sur les étals, vous pouvez voir la qualité de la viande à sa couleur.
La couleur idéale du bœuf doit être rouge rubis clair. A la coupe, sa chair doit laisser échapper des sucs, témoins qu’elle est juteuse et tendre. Si la viande est trop pâle ou trop rouge, cela signifie que la bête était trop âgée ou trop maigre au moment de l’abattage.

La viande de veau sera plus rosée, avec des reflets nacrés lorsqu’il s’agit de veau sous la mère.
La chair du porc sera d’un rose plus ou moins foncé.
L’agneau doit aussi avoir une belle couleur rose, un peu plus soutenue.
La coloration de la graisse doit aussi être prise en compte. Elle peut varier du jaune ou jaune-beure, pour le bœuf (ce n’est pas un défaut, si le gras est bien réparti). Celle du veau reste blanche, et celle du cochon marquée d’un blanc très net, profond et dense.

A vous de jouer !

Bien la conserver

Quel que soit le type de conditionnement, il est conçu pour conserver les viandes et produits tripiers dans les meilleures conditions d’hygiène et de préservation. Mais attention à la rupture de la chaîne du froid. Lorsque vous faites vos courses, achetez de préférence la viande en dernier et ne les laissez pas trop longtemps dans le coffre de votre voiture.
Selon les trois types de conditionnement proposés en grandes et moyennes surfaces, le préemballé, le sous-atmosphère et le sous-vide, les DLC (Date Limite de Consommation) indiquées sur l’emballage peuvent aller de trois jours à trois semaines, à condition de ne pas déballer les produits.
Les viandes préemballées (sous film plastique étirable) doivent pouvoir « respirer », il ne faut donc pas empiler les barquettes les unes sur les autres.
Si vous l’achetez sur l’étal, gardez-la dans son papier d’emballage. Elle se conserve pendant environ deux jours dans la partie la plus froide du réfrigérateur.
Ne mettez jamais la viande dans une boîte hermétique ou du papier d’aluminium. Si vous devez changer d’emballage, préférez un papier paraffiné qui empêche le dessèchement de la viande tout en laissant circuler l’air.

Bien la cuisiner

Quel que soit le type de plat que vous allez préparer, sortez toujours les morceaux de viande à l’avance, afin qu’ils retrouvent la température de la pièce.
Si vous voulez rôtir la viande : préférez le four. Cette cuisson demande un soupçon d’huile ou de beurre clarifié. Sur un gril préchauffé, un peu d’huile au pinceau sur chaque face du morceau suffira.
A la poêle, évitez les matières grasses.
A griller, évitez de trop cuire la viande, elle serait moins tendre.
A bouillir, plongez la viande dans l’eau froide ou chaude. Le plat roi des viandes à bouillir est le pot-au-feu.
A braiser : les morceaux de viande sont cuits jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. Après avoir jeté la matière grasse, ils mijotent dans du vin blanc, rouge, des aromates et des épices.

4. Quelle viande pour quel plat ?

L'AGNEAU :

Carré d'agneau aux épices (recette CIV)

Pour 4 personnes
Cuisson : 24 min
2 carrés d'agneau désossés de 300g environ
1 c. à café de cumin en poudre
20 g de gingembre frais
2 gousses d'ail nouveau
2 pincées de piment d'Espelette
1 c. à soupe d'huile d'olive
500 g de petites courgettes
1 gousse d'ail
10 brins de coriandre
Sel, poivre

Quelle viande pour quel plat ?

Dégraisser complètement les filets d’agneau.
Peler le gingembre et les gousses d’ail. Râper le gingembre sur une très fine râpe au-dessus d’un plat pouvant contenir les filets à plat.
Ajouter les gousses d’ail passées au presse-ail, les épices, saler et poivrer, mélanger. Poser les filets dans le plat et les rouler 2 min dans les épices.
Pour préparer les courgettes, peler la gousse d’ail, la couper en fines lamelles, éliminer le pédoncule des courgettes et les couper en lamelles obliques de 3 mm.
Faire chauffer l’huile dans une sauteuse, y mettre les lamelles d’ail et de courgettes, saler et faire cuire 3 min à feu modéré, en tournant délicatement de temps en temps, de façon que les courgettes restent légèrement croquantes.
Laver, effeuiller et ciseler la coriandre, l’ajouter aux courgettes, tourner, retirer du feu et réserver au chaud.
Poser les filets d’agneau dans la sauteuse, les faire cuire 8 min à feu modéré en les tournant souvent, puis les retirer du feu et laisser reposer 5 à 10 min.
Découper les filets en tranches d'1/2 cm et les servir accompagnés des courgettes.
A noter : ce plat peut également être accompagné de polenta à l’huile d'olive.

Navarin d'agneau chrono et ses légumes de printemps (recette CIV)

Pour 4 personnes
Cuisson : 30 min

600 g d'épaule
1 botte d'oignons nouveaux
1 botte de carottes nouvelles
1 botte de navets nouveaux
1 botte d'asperges vertes
200 g de fèves
1 bouquet garni
1 c. à soupe de fond de veau déshydraté
1 verre de vin blanc
1 c. à soupe de sucre
Huile
30 g de beurre
1 pincée de cumin
Sel et poivre du moulin

Faire revenir la viande coupée en gros cubes dans un peu d’huile, poudrer de fond de veau, puis verser le vin blanc.
Ajouter le bouquet garni et le cumin, saler, poivrer, couvrir et laisser cuire 15 min à feu doux.
Cuire les carottes dans un fond d’eau avec le sucre et le beurre puis ajouter, dans l’ordre, les navets et les oignons.
Laisser cuire 15 min environ.
Blanchir les asperges et les fèves 4 min à l’eau bouillante salée et réserver.
Mélanger les légumes nouveaux, les asperges et les fèves.
Servir le navarin d'agneau entouré de ses légumes de printemps.
A noter : l’épaule peut être remplacée par du gigot, du filet ou de la selle de gigot.

Le Bœuf

Bœuf-carotte

Pour 4 personnes
Préparation : 20 min
Cuisson : 2 h 10

800 g de macreuse
100 g de lardons
1 oignon, 2 gousses d’ail
600 g de carottes
1 c. à soupe de farine
50 cl de vin blanc sec
20 cl de bouillon de bœuf
40 g de beurre
1 c. à soupe d’huile
1 bouquet garni
Sel, poivre du moulin

Couper la viande en cubes de 50 g environ. Les faire dorer, dans une cocotte, avec l’huile et le beurre chauds. Ajouter les lardons, l’oignon émincé et l’ail. Laisser cuire 5 min.
Saupoudrer la viande de farine et mélanger. Ajouter le bouquet garni, le vin et le bouillon. Saler et poivrer. Laisser mijoter 1 h 30 à couvert.
Eplucher, laver et couper les carottes en rondelles. Les mettre dans la cocotte, couvrir et laisser cuire pendant encore 30 min.
Dès la fin de la cuisson, retirer le bouquet garni de la sauce. Vérifier l’assaisonnement et servir chaud.

Couper la viande en cubes de 50 g environ. Les faire dorer, dans une cocotte, avec l’huile et le beurre chauds. Ajouter les lardons, l’oignon émincé et l’ail. Laisser cuire 5 min.
Saupoudrer la viande de farine et mélanger. Ajouter le bouquet garni, le vin et le bouillon. Saler et poivrer. Laisser mijoter 1 h 30 à couvert.
Eplucher, laver et couper les carottes en rondelles. Les mettre dans la cocotte, couvrir et laisser cuire pendant encore 30 min.
Dès la fin de la cuisson, retirer le bouquet garni de la sauce. Vérifier l’assaisonnement et servir chaud.

Hachis Parmentier (recette CIV)

Pour 4 personnes
Cuisson : 30 min

600 g de steak haché de bœuf (ou de restes de pot-au-feu)
1 kg de pommes de terre
40 g de beurre
50 à 75 cl de lait
Sel, poivre

Peler les pommes de terre, les laver et les couper en morceaux. Les mettre dans une casserole d’eau froide salée, porter à frémissement 20 min environ jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres.
Pendant ce temps, malaxer le steak à la fourchette sur une assiette avec du sel et du poivre.
Beurrer un plat « sabot » avec la moitié du beurre. Faire chauffer le lait.
Préchauffer le four à 220°C.
Quand les pommes de terre sont cuites, les égoutter et les réduire en purée en délayant peu à peu avec du lait chaud jusqu'à consistance crémeuse. Rectifier l’assaisonnement en sel.
Étaler la moitié de la purée en couche dans le plat, recouvrir avec le steak haché, puis avec le reste de purée. Parsemer du reste de beurre en noisettes.
Enfourner à mi-hauteur. Laisser cuire 10 min environ. Servir dans le plat de cuisson.

Pot-au-feu simplifié pour le printemps (recette CIV)

Pour 4 personnes
Préparation : 20 min
Cuisson : 2 h 30

2 kg de gîte
4 poireaux
4 navets
4 carottes
2 branches de céleri
1 bouquet garni
1 oignon
1 gousse d'ail
3 clous de girofle
Gros sel
Poivre en grains
Moutarde
Cornichons

Mettre la viande dans une marmite avec l’oignon piqué des clous de girofle, la gousse d’ail, le bouquet garni, une poignée de gros sel et 10 grains de poivre.
Couvrir d’eau froide, porter à ébullition, écumer la surface, baisser le feu et laisser cuire 1 h 30.
Nettoyer les poireaux et les ficeler ensemble. Eplucher les autres légumes.
Ajouter tous les légumes dans la marmite et faire cuire encore 1 h à feu moyen.
Sortir la viande, la couper en tranches et égoutter les légumes.
Servir ce pot-au-feu avec du gros sel, de la moutarde et des cornichons.

Mettre la viande dans une marmite avec l’oignon piqué des clous de girofle, la gousse d’ail, le bouquet garni, une poignée de gros sel et 10 grains de poivre.
Couvrir d’eau froide, porter à ébullition, écumer la surface, baisser le feu et laisser cuire 1 h 30.
Nettoyer les poireaux et les ficeler ensemble. Eplucher les autres légumes.
Ajouter tous les légumes dans la marmite et faire cuire encore 1 h à feu moyen.
Sortir la viande, la couper en tranches et égoutter les légumes.
Servir ce pot-au-feu avec du gros sel, de la moutarde et des cornichons.

Le veau

Osso-buco milanais

Pour 4 personnes
Préparation : 20 min
Cuisson : 1 h ou 30 min à l’autocuiseur

1 kg de jarret de veau coupé en 4 tranches
1 carotte
1 gousse d’ail
1 branche de céleri
4 tomates
50 g de farine
20 g de beurre
1 c. à soupe d’huile
1 verre de vin blanc sec
1 tablette de bouillon de veau
Sel, poivre du moulin

Pour la gremolata :
1 citron non traité
1 orange
1 bouquet de persil
1 gousse d’ail épluchée
1 pincée de noix de muscade

Peler et couper la carotte en julienne, ainsi que la gousse d’ail et le céleri. Ebouillanter, peler et épépiner les tomates puis concasser la chair.
Fariner les tranches de viande. Dans une cocotte, faire fondre le beurre et l’huile. Mettre les tranches de viande à revenir sur les deux faces, les égoutter. Dans la même cocotte, faire revenir les légumes quelques minutes sans colorer. Remettre la viande, ajouter les tomates, le vin blanc et la tablette de bouillon. Couvrir et faire cuire une heure à feu doux.
Pendant ce temps préparer la gremolata, accompagnement traditionnel de l’osso buco à la milanaise. Brosser le citron et l’orange sous l’eau. Les essuyer. Prélever la moitié de leur zeste. Laver et essorer le persil. Hacher finement le persil, les zestes et la gousse d’ail. Assaisonner de muscade.
Parsemer l’osso buco de gremolata au moment de servir.

Veau Marengo

Pour 4 personnes
Préparation : 30 min
Cuisson : 2 h ou 1 h à l’autocuiseur

800 g d’épaule de veau désossée (on peut mélanger avec du tendron)
1 oignon
1 gousse d’ail
2 tomates
3 c. à soupe d’huile d’olive
1 c. à soupe de farine
15 cl de vin blanc sec
15 cl de bouillon
1 bouquet garni (un branche de thym, une feuille de laurier, une branche de romarin, une branche de persil plat)
250 g de champignons de Paris
Sel, poivre du moulin

Peler et hacher l’oignon et l’ail. Couper la viande en morceaux d’environ 50 g. Ebouillanter les tomates, les peler et les couper en quatre. Les égrener. Nettoyer les champignons. Réserver.
Mettre de l’huile dans une cocotte, faire dorer la viande. Ajouter l’oignon, la farine. Saler, poivrer, mélanger et laisser roussir quelques minutes. Ajouter le vin et le bouillon. Amener à ébullition, ajouter les tomates, le bouquet garni et l’ail. Couvrir, laisser cuire 1 h 15. Ajouter les champignons 15 min avant la fin de la cuisson.
En fin de cuisson, réserver les morceaux de viande au chaud, faire réduire le jus de cuisson pendant 5 à 10 min en remuant afin qu’il n’attache pas. Le passer au chinois. Rectifier l’assaisonnement. Remettre la viande.
Servir décoré avec quelques olives vertes dénoyautées, accompagné de tagliatelles ou d’un gratin.

Le porc

Travers de porc caramélisés aux carottes

Pour 4 personnes
Préparation : 20 min
Marinade : 30 min
Cuisson : 40 min

1 kg de travers de porc
2 oranges
16 ciboules, ½ oignon
2 gousses d’ail
500 g de jeunes carottes
50 g de sucre roux
4 c. à soupe de sauce de soja
5 c. à soupe d’huile de tournesol
2 c. à soupe d’huile de sésame
1 c. à soupe de miel liquide
Sel, poivre

Saler et poivrer le travers de porc. Le frotter de sucre roux. Prélever le zeste d’une orange et le détailler en lanières. Les mélanger avec le jus des deux oranges, la sauce de soja, l’ail et l’oignon finement hachés, le miel et l’huile de sésame.
Couper le travers en tronçons de 8 cm. Les laisser mariner 30 min dans la préparation à l’orange, retourner souvent.
Nettoyer les ciboules. Peler les carottes, les débiter en longs bâtonnets. Les faire cuire « al dente » (un peu fermes) 5 min dans l’eau bouillante salée, puis les plonger dans de l’eau froide et les égoutter.
Dans une cocotte, chauffer deux cuillerées d’huile de tournesol. Ajouter les travers, leur marinade et 20 cl d’eau. Faire mijoter 40 min à couvert en remuant souvent. Découvrir en fin de cuisson et faire réduire le jus pour qu’il enrobe les travers.
Entre-temps, laisser colorer les ciboules dans une cuillerée d’huile de tournesol. Ajouter deux cuillerées d’huile dans la poêle puis les bâtonnets de carottes et maintenir le tout au chaud jusqu’à la fin de la cuisson des travers. Servir chaud.

Côte de porc poêlée et ses champignons

Pour 4 personnes
Préparation : 15 min
Cuisson : 20 min

4 côtes de porc
500 g de champignons des bois
1 gousse d'ail écrasée
3 c. à soupe de persil haché
25 cl de crème épaisse
20 g de beurre
Sel et poivre

Faire revenir les champignons à feu vif dans une noix de beurre. Ajouter l’ail et faire cuire jusqu’à évaporation de l'eau des champignons.
Verser la crème et réserver au chaud.
Faire dorer les côtes dans le reste de beurre, 5 à 6 min de chaque côté. Ajouter les champignons à la crème et le persil, saler et poivrer.
Servir les côtes de porc accompagnées des champignons à la crème et d’une purée de pommes de terre au céleri rave.

5. FAQ

Quelle quantité de viande acheter ?

En matière de viande, n’oubliez pas que les restes peuvent souvent s’accommoder dans d’autres recettes (hachis Parmentier, boulettes, gigot et rôti froids…)

Quels morceaux choisir ?

Pour des morceaux à poêler ou à griller, prenez des tranches d’une épaisseur suffisante pour bien préserver leur moelleux (6 à 8 cm pour le tournedos, 4 à 8 cm pour la côte de bœuf, 2 cm pour l’entrecôte, 3 cm pour le faux-filet).
Si vous aimez les côtes. Mieux vaut acheter une viande un peu persillée avec une petite couverture de graisse, qui pourra être laissée au coin de l’assiette, qu’une viande trop maigre qui restera sèche et moins goûteuse.

Puis-je hacher la viande ?

Attention dès qu’elle est hachée, la viande est fragile et doit être consommée rapidement. Il faut impérativement que l’opération soit faite devant vous. Ne vous aventurez pas à hacher vous-même la viande dans un robot. Ce serait une erreur. En général, le robot désagrège la viande et la transforme en purée.

FAQ

Puis-je congeler la viande ?

Les viandes et produits tripiers réfrigérés peuvent être congelés « maison » à condition de respecter certaines règles :

  • Abaisser la température du congélateur à -24°C afin que la congélation se fasse rapidement.
  • Procéder dans des conditions optimales d’hygiène.
  • Respecter la durée de conservation qui diffère selon les viandes et produits tripiers.

Comment dégeler la viande ?

Il faut compter environ six à sept heures de décongélation, au réfrigérateur, voire plus si la pièce est importante : une palette de porc entre 18 et 24 heures, un gigot d’agneau entre 24 et 36 heures. Attention, une viande congelée ne doit jamais être recongelée, même cuisinée.

Comment cuisiner la viande de veau ?

Au gril, à la poêle, en sauteuse, à la cocotte ou au four, le veau se prête volontiers à toutes les préparations culinaires. Cependant, sa cuisson doit être à l’image de sa viande : tout en finesse et en délicatesse. La viande de veau se déguste à point : ni saignante, ni rosée et encore moins trop cuite. Pour rester moelleuses, les côtes de veau doivent être saisies à vive température, puis cuites à feu doux. Evitez le gril pour les côtes ou les escalopes, la poêle leur convient mieux ! Pendant la cuisson et afin qu’elle ne perde pas son jus, il ne faut jamais piquer la viande avec une fourchette pour la retourner mais utiliser une spatule. De même, il ne faut saler la viande qu’au moment de servir.

Comment découper la viande ?

Les pièces grillées pour deux ou trois convives, comme l’entrecôte ou le faux-filet, peuvent être découpées à table sur une planche. Assaisonnez de gros sel et de poivre de moulin avec un peu de beurre cru frais. Les côtes de bœuf et les trains de côté sont présentées aux convives mais rapportées en cuisine pour la découpe. Accompagnez-les également de gros sel, de poivre du moulin et du jus de cuisson. La viande est tranchée de préférence sur une planche à rigoles pour récupérer le jus. Utilisez un couteau long, mince et très affûté. Si vous désirez garder une partie de la viande pour la consommer froide, ne la tranchez pas entièrement. Le morceau restant, refroidi, sera enveloppé d’un film étirable, puis mis au réfrigérateur.

Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies